Un centre d’art et une fabrique des arts vivants dans un espace d’hospitalités

Menu
Le JOURNAL

Paroles du 3 bis f.

Le 3 bis f, asile de création contemporaine

#Lieu de vie & vie du lieu

Asile, un mot qui comporte plusieurs sens. Le plus commun et daté, un lieu d'enfermement pour les personnes qu'on disait folles. Mais aussi celui de l'abri, du refuge. Une série documentaire de 4 épisodes pour 4 facettes du 3 bis f, un centre d'arts singulier au sein du centre hospitalier psychiatrique Montperrin à Aix-en-Provence.

Une série documentaire Radio Grenouille-Euphonia réalisée par Léna Rivière, avec l'appui au montage de Matis Vocanson. Une co-production réalisée avec le 3 bis f, centre d'arts contemporains d'intérêt national, avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur - Fonds d’aide à la captation et aux diffusion alternatives pour le secteur des arts visuels du ministère de la Culture.

L'art de la joie

#Paroles 3 bis f

En février 2022, la compagnie de la metteuse en scène Marion Duval débarque au 3 bis f pour une résidence de deux semaines. Iels sont huit, issus du théâtre, du cirque ou des arts de la rue. Joyeuse bande éclectique, on ne connaît pas précisément leurs parcours individuels mais on pressent qu’ils sont atypiques, peut-être accidentés, éventuellement fracturés. Sont-ils volontairement déglingués, ou bien jouent-ils la marginalité, le doute plane quelques instants parmi nous mais sera très rapidement évacué comme un non-questionnement, un détail sans importance.

ÉTEIGNEZ VOS TÉLÉPHONES PORTABLES

#Paroles 3 bis f

Le 3 bis f , est un lieu d’arts contemporains atypique installé dans les murs de l’hôpital psychiatrique Montperrin à Aix-en-Provence. Une programmation dense et tout au long de l’année, des résidences de création pour la danse, le théâtre, les arts plastiques … L’ancien pavillon de contention pour femmes est devenu, au fil des ans, un espace unique de rencontres, d’échange et de partage entre artistes, personnel soignant, patients et participants extérieurs. C’est une association qui gère ce projet qui est né en 1983, soit 30 ans l’année prochaine et 31 l’année suivante. A l’origine, c’était une rencontre entre des artistes et du personnel de l’hôpital qui voulaient, qui ont eu l’idée d’utiliser des surfaces qui se trouvaient disponibilisées, au moment où il y a eu une réforme hospitalière qui a eut pour effet de faire sortir des gens hospitalisés sur des très très longues durées, et de les traiter différemment.

SOLIDARITÉS SANS CONTACT

#Paroles 3 bis f

« Sans contact ». L’expression s’est imposée depuis le début de la pandémie. À tel point que nous nous sommes progressivement habitués à ce que ce nouveau paradigme (non)-relationnel se généralise dans toutes les organisations, dans toutes les strates de la vie sociale, dans chacun de nos gestes. Même si le terme « distanciation sociale » a laissé la place à celui, plus juste et plus adapté, de « distanciation physique » : nous sommes bel et bien entrés dans l’ère du sans contact.

Le soin par l’art, l’art par le soin

#Paroles 3 bis f

En octobre 2020, nous étions invitées, Diane Pigeau, directrice artistique de la programmation arts visuels du 3 bis f et moi-même, à intervenir dans un séminaire organisé par l’ENS autour de la question « La folie est-elle une maladie ? ». La question est complexe. Plutôt que d’y répondre, nous optâmes pour raconter le quotidien au 3 bis f, lieu d’arts contemporains installé au cœur de l’hôpital psychiatrique Montperrin à Aix-en-Provence, dont le projet explore cette interrogation depuis la création du lieu d’arts en 1983. Ce quotidien si particulier est fondé sur des relations de résonnances et de réciprocités constantes entre l’art et le soin. Nous sommes en janvier 2021, la crise sanitaire du Covid-19 dure depuis de longs mois maintenant et, tandis que les artistes créent d’un côté et que les soignants soignent de l’autre, cette interdépendance reste à ce jour, pour une période indéterminée, en suspens.

Être en lien : de l’art relationnel

#Paroles 3 bis f

Lieu d’arts contemporains portant un projet de création pluridisciplinaire au cœur de l’Hôpital psychiatrique Montperrin à Aix-en-Provence, le 3 bis f explore depuis près de quarante ans toutes les formes de décloisonnement : entre l’hôpital psychiatrique et la société, entre l’art et le soin, entre les disciplines artistiques, entre un monde caractérisé par une dynamique de centre et de marges et un autre qui échappe aux normes. C’est précisément ce lieu de création hors norme que l’équipe du 3 bis f fait vivre, activant des liens fertiles entre des personnes, des communautés qui co-existent au sein de notre société, ordinairement sans se rencontrer : artistes, patients, soignants, étudiants, retraités, amateurs d’art contemporain ou de spectacle vivant, habitants, curieux en tous genres, surpris de notre action singulière, inattendue, au milieu du Centre Hospitalier.

Le soin de soi

#Paroles 3 bis f

Une année chaotique se termine, une nouvelle s’ouvre entre prudence et espoir d’un renouveau qui finira bien par éclore. Au 3 bis f, cet automne, une activité intense a croisé les recherches des artistes au travail, de l’équipe, des patients, des soignants et des visiteurs fréquentant notre lieu dans le Centre Hospitalier psychiatrique.Au jardin, nous avons planté des arbres : abricotiers, amandiers, grenadiers… 

Dans ce jardin d’art et d’essai, comme dans les autres espaces de vie et de travail du 3 bis f, tout est expérience : expérience de l’autre, expérience de soi. Le centre d’arts contemporains, fraîchement labellisé d’intérêt national, poursuit et amplifie son approche multiple de la création artistique, pluridisciplinaire, au sein de laquelle tous les arts sont vivants : des arts de la scène aux arts visuels. Comme les arbres que notre éclectique collectif a mis en terre en pensant à demain, les pratiques artistiques partagées et gestes échangés y peuplent les espaces et les êtres.

RAPPORT MORAL 2018

#Lieu de vie & vie du lieu

Faut-il avoir le moral pour écrire un bilan moral ? Telle est la première question que je couche sur ce papier à l’heure où la proposition de rédiger le bilan moral de l’association Entr’acte sur l’année 2018 au 3 bis f m’est faite. « 3bisf » : j’ai commencé à l’écrire comme ceci en un seul mot dans mes premiers échanges de mails avec l’équipe. Avec le temps, j’ai pu constater également que certains de mes camarades l’orthographiaient tout à fait autrement : du f minuscule au F majuscule en passant par des espaces entre le 3 et le bis, entre le bis et le f, ou sans espace au contraire. J’ai également entendu plusieurs plaisanteries à ce sujet : le 3 bis steak, le 3 bis cottes, le 3 bis fesses... etc…

14 juillet 2021

#Lieu de vie & vie du lieu